Art, Antiquités, Décoration, Tourisme, en Provence, Art Antiques, Antiquités décoration, marchés d'antiquités, villages antiquaires,, Foires à l'isle sur la sorgue,
L'Isle sur la Sorgue, carrefour des Arts et des Antiquités du Lubéron, dans le département du Vaucluse de la Région Provence Alpes Côte d'Azur , dit Paca, proche d'Avignon, et sa céllèbre Cité des Papes,  proche aussi d'Aix en Provence, de Marseille ,

Spécialités Art Antiquités,

Rues Art Antiquités,

Marchés & Villages,

Aperçu de la ville,

Plan,

Office de Tourisme,







foires arts antiquités de l'Isle sur la sorgue, provence, france,

 

FOIRES ARTS ANTIQUITÉS DE PROVENCE,
L'ISLE SUR LA SORGUE,
Foire de Pâques du 13 au 17 Avril 2017,

Infos pour réserver votre stand, cliquez ici,




DEPARTMENT OF VAUCLUSE (84)

art antiquités, art antiques, antiquités décoration, antiques and decoration, provence, 84800 isle sur la Sorgue,








 04, Alpes de Haute Provence, 13, Bouches du Rhône,
83, Var, 84, Vaucluse,

 

 Cliquez le département de votre choix, pour le voir en grand sur 1France,


Antiqutiés, Objets d'art, Décoration, Ameublements, marché provençal,, marchés de Provence,
PROVENCE

ARTS ANTIQUES

Arts Antiquités

<>

Provence,
Alpes,
Côte d'Azur
Provence, antiquités, décoration, culture, histoire,
(région paca)

 

Carte du département du Vaucluse, Vaucluse art antiquités, art antiques Vaucluce,

 

Carte du département des Alpes de Haute Provence, Alpes Haute Provence Art Antiquités, Alpes de Haute Provence Art Antiques,

 

Carte du département des Bouches du Rhône, Bouches du Rhône Art Antiquités, Bouches du Rhones Art Antiques,

 

Carte du département du Var, Var antiquités, Var Antiques,

 

 

 

 

 





Annonce France métropolitaine pour Cheminées anciennes, antiquie FirePlaces, antique Mantels, Antiqutiés Décoration, Antiques Decoration,
cheminées anciennnes Provence, antique fireplaces Provence, antique mantels provence,



 

 

 

 

objets d'art, oeuvres d'art, antiquités, brocante, réédition d'art, réédition d'objet d'art, ventes aux enchères, auctions art market,  enchères antiquités, enchères objets d'art, dépots vente, sale depots, art arts, art en france, antiquités en france

ENCHÈRES ART ANTIQUITÉS EN FRANCE,
Auctions Art Antiques in France,
Enchères Art Antiquités, auctions art antiques, France

 

 

MAISONS de VENTES aux ENCHÈRES,
Commissaires priseurs, svv,

 

 

Maisons spécialisées Enchères Art Antiquités,
France enchères, enchere en France, maisons de ventes enchères, commissaires priseurs, art enchère, arts enchères, antiquités enchère, objets d'art enchères, oeuvres d'art enchères, enchères marché de l'art, auctions art market, auction, auctions, french houses auctions, french auctioneers, houses auction, auctioneers, auctions art market, auction art market,  art auctions, antiques auction, art objects auctions, art antiques, art market,

 

 

Calendrier de ventes prochaines,
Prochaines Ventes aux Enchères, publiques, privées,

 

 

Accès aux Marchés de l'Art et des Antiquités, Pages Curiositel en France et dans le monde, achat, vente, enchères, services, art antiquités, art antiques,

 


France art antiquités, marché de l'art en France, Antiquités, Art contemporain, Artisanat d'art, services Art Antiquités, art antiquités, art antiques,, Annuaires, Directories,

Boutiques Art Antiquités, Shopping, web shopping, , Boutiques, Shops,

Annonces Art Antiquités, Annonces Marché de l'Art, art antiquités, art antiques, art arts,, Annonces, Ads,

Régions art antiquités en France métropolitaine, french art antiques regions, carte des régions de France, map of french régions,, Régions,, Regions,

Infos Curiositel sur l'Art et les Antiquités, les Professionnels et les servives,, info,,








 

 

 

Ci-dessous, copie intégrale de l'article paru sur le blog : Web17.free.fr

 

Provincia romana et Provence-Côte d'Azur : Incertitudes de l'histoire et de la géographie. On dispute de la date à laquelle la Provence est devenue française. Les uns tiennent pour celle de la mort du dernier des comtes angevins, Charles III, qui l'avait léguée à Louis XI, le 11 décembre 1481. A moins qu'ils ne prennent pour point de départ le jour où l'assemblée des États a reconnu le nouveau souverain en lui jurant fidélité, le 15 janvier 1482. "Aux actes fondamentaux de décembre 1481 et de janvier 1482, écrit R. Busquet, les actes postérieurs ne devaient ajouter que des formules."

 

 

 

D'autres prétendent que l'union ne fut effective qu'en octobre 1486, après la déclaration de Charles VIII la proclamant indissoluble, ou même après la ratification qu'en firent les États le 9 avril 1487. Alors seulement en effet la Provence et la France se trouvèrent liées l'une à l'autre par un contrat réciproque fixant les droits et les devoirs de chacun. "C'est à partir de cette date seule, écrit Lucien Gaillard, que les Provençaux sont devenus français tout en restant eux-mêmes."

Cette discussion sur la "vraie" date doit être considérée comme un signe. Il a fallu plusieurs années pour donner valeur légale à l'union et plusieurs siècles pour la rendre effective. Elle n'a été totale qu'en 1789, après la fameuse nuit de l'abolition de tous les privilèges, y compris ceux des anciennes provinces. Alors, pendant près de deux siècles, "Provence" n'a plus été qu'une dénomination reçue de la tradition dans la langue courante, mais qui ne recouvrait aucune division territoriale légalement reconnue. Elle a repris un sens avec la création entre 1956 et 1960, des "régions de programme", lorsque, du regroupement des six départements du Sud Est de la France, est née, héritière de plusieurs siècles d'histoire, la région Provence Alpes Côte d'Azur.

Beaucoup moins vaste, la Provence échue à Louis XI ne correspond, en gros, qu'à trois de ces départements : les Bouches-du Rhône, le Var, les Alpes de Haute Provence. A l'ouest, la chute de l'Empire romain, puis la dislocation de l'Empire carolingien avaient fait du Rhône une frontière précise et durable. Une longue ligne de côtes s'étendait au sud, qu'il fallait soigneusement surveiller contre les coups de main venus de la mer. La sécession de Nice, en 1368, avait amputé le pays de presque tout l'actuel département des Alpes-Maritimes : la Savoie avait alors recueilli toute la région située à l'est du Var et la majeure partie de la vallée de l'Ubaye. Laissant à l'extérieur Barcelonnette, rattachée à la Provence en 1714 seulement, la limite passait au delà de Seyne, entre Colmars et Allos, à l'est de Guillaumes et de Glandevès, et rejoignait le Var à deux kilomètres d'Entrevaux. Résultat de l'histoire, la frontière du nord était encore plus sinueuse. Les pressions y avaient été les plus fortes et les rivalités les plus durables. Orange avait été détaché du pays dès 1178. Puis le pape avait confisqué, en 1274, le Comtat Venaissin, comprenant les diocèses de Carpentras et de Cavaillon. Il avait ensuite acheté Avignon et son terroir à la reine Jeanne en 1348. La majeure partie de l'actuel département du Vaucluse dépendait donc de Rome, non des comtes de Provence. En 1202, le pays avait également perdu, au nord de Sisteron, la région de Gap et d'Embrun (département des Hautes Alpes), détachée de ses terres par un des comtes de Forcalquier.

Conséquence de la politique des papes, des princes d'Orange et des comtes angevins, la frontière nord suivait une ligne capricieuse. Elle bordait la Durance de son confluent avec le Rhône jusqu'à un point situé entre Orgon et Sénas pour séparer Provence et Comtat Venaissin, puis quittant cette limite naturelle et sans plus se soucier des accidents du relief, orientée du sud au nord, elle coupait le Lubéron, abandonnant Oppède et Ménerbes au pape. Obliquant vers l'ouest, elle laissait au roi de France Lorgues et Lure et au Comtat le mont Ventoux, mais gardait Sault et Aurel en Provence. Elle longeait alors le Dauphiné, passant au nord de la montagne de Lurs pour atteindre le Buech aux environs de Laragne et retrouver la Durance qu'elle côtoyait jusqu'à son confluent avec l'Ubaye. Point d'enclaves dans ce territoire d'une seule tenue, dont dépendaient aussi deux terres situées dans le Comtat, Grignan et Mondragon. L'espace conservait le souvenir des incertitudes d'une histoire qui commence avec les Romains. C'est à eux qu'il faut remonter pour découvrir comment, avant de devenir française, la Provence avait en quelque sorte cessé de l'être.

La conquête romaine
Le voyageur pressé peut en deviner l'emplacement depuis l'autoroute qui rejoint Nice et l'Italie. Le touriste fait un détour : il emprunte la route de la Grande Corniche, la voie Aurélienne des Romains, pour aller en admirer les vestiges à La Turbie. Dégradé par le temps et les hommes, le Trophée des Alpes garde fière allure. Il faut l'imaginer tel qu'il s'élevait autrefois, coiffé d'une coupole conique supportant, à quarante six mètres de hauteur, une colossale statue d'Auguste. En dessous, après un étage circulaire orné de vingt quatre colonnes doriques, s'étalait sur le fronton carré du monument l'inscription destinée à immortaliser la victoire de l'empereur Auguste, entre 16 et 14-15 chez leurs voisins celto ligures. L'unité est venue du dehors, de la colonisation du pays par les Romains, de leur pénétration dans le pays, d'une assimilation des populations qui y a été plus rapide et plus durable qu'ailleurs. La provincia romana n'était pas encore occupée depuis deux siècles que Pline n'hésitait pas à l'appeler dans ses écrits "une autre Italie plutôt qu'une autre province". Moins d'un siècle après l'arrivée des troupes de Fabius Flaccus, les Gaulois de la Transalpine se montrent les dévoués collaborateurs de César dans la conquête des Gaules. Ils s'y associent "avec entrain et sans arrière pensée". Cette conquête, selon R. Busquet, fit "cesser l'oppression chez les Transalpins et opéra leur réunion avec Rome".

Cette province n'était pas la Provence. Elle débordait largement à l'ouest du Rhône pour rejoindre la province d'Espagne au col du Perthus et suivait la Garonne jusqu'au confluent du Tarn. Elle s'étendait en amphithéâtre le long de la Méditerranée, s'appuyant à l'ouest aux Pyrénées, de la source de la Garonne au cap Cerbère, à l'est aux Alpes et à l'Italie, de la rive du lac Léman aux rades du rivage ligure. Ainsi l'Italie et l'Espagne, les plus anciennes conquêtes de Rome, se trouvaient elles en communication et la Méditerranée romanisée du détroit de Sicile aux colonnes d'Hercule (Gibraltar). Rome avait, pour cela, séparé du reste de la Gaule les terres correspondant à notre Dauphiné, à la Provence et au Languedoc. De formation plus récente que les peuplades des régions centrales, leurs habitants, Allobroges, Salyens et Volces, étaient plus mêlés de Ligures et d'Ibères. Ils ne faisaient point partie de la vieille Celtique de la légende. L'histoire et le climat les différenciaient des autres Gaulois. Camille Jullian l'a dit : "De Vienne, où commençait sur le Rhône la province romaine, à Castelsarrasin où elle finissait sur la Garonne, c'étaient les vraies terres du Midi français, chaudes et lumineuses, les seuls horizons de la Gaule qui ressemblassent à ceux des Méditerranéens. En les prenant, Rome prenait au delà des Alpes tout ce dont la nature avait fait le prolongement de son Italie" En collaborant avec César, la Gaule romaine s'était détachée pour cinq siècles du reste de la Gaule, la Gaule barbare, la "Gaule chevelue".

Une province divisée
La Provence n'était pas née pour autant. Aussi longtemps que dura l'Empire romain, elle n'exista jamais comme unité administrative. En 27 avant Jésus Christ, Auguste réorganise le pays sans faire un sort particulier à cette part de la Transalpine. Il en groupe la majeure partie dans la province de la Narbonnaise, devenue en 22 province sénatoriale, c'est à dire suffisamment assimilée pour être laissée sans garnison. Deux provinces la séparent de l'Italie, les Alpes cottiennes habitées par des peuplades alliées de Rome et les Alpes maritimes, constituées en l'an VII avant Jésus Christ d'une partie des pays que l'empereur venait de pacifier. Plus tard, vers 297, Dioclétien remanie la carte de l'Empire, augmentant le nombre des provinces : de la Narbonnaise, il détache la partie est pour constituer la Viennoise. Puis, vers 375, cette nouvelle province est partagée à son tour. Demeurent rattachées à Vienne les cités de la vallée du Rhône jusqu'à Arles et Marseille (dix au total). Tout ce qui se trouve plus à l'est (sept cités) est rattaché à une province nouvelle, dite Narbonnaise seconde, avec Aix pour capitale. Ainsi la ville fondée dix siècles plus tôt par les Phocéens et celle qu'avait créée Sextius Calvinus cinq siècles après se trouvent désormais, malgré leur proximité géographique, reliées à des unités administratives différentes dans une Provence partagée entre plusieurs provinces.

Ces divisions n'ont en fait qu'une importance secondaire. La cité est alors le véritable cadre dans lequel s'organise la vie du pays. Marseille, qui avait appelé l'allié romain, y conserva longtemps un statut à part. D'abord ville libre, avec ses propres colonies, elle se situait au carrefour des civilisations : on y parlait, dit on, grec, latin et gaulois. Se refusant à prendre parti dans la lutte civile qui opposa Pompée à César, elle fut soumise, elle aussi, par le vainqueur des Gaules. Il lui retira ses colonies, sauf Nice, mais la maintint dans ses libertés et ses institutions. Marseille ne se mit que lentement à l'heure romaine, longtemps jalouse de ses privilèges de ville fédérée. Appartenant en fait à la province, elle attendit au moins la fin du IIe siècle après Jésus Christ pour conformer ses institutions à celles des cités voisines. En développant des villes nouvelles, la colonisation de la Transalpine lui avait suscité des rivales. Favorisant contre elle le port d'Arles, César porta grand préjudice à son commerce. Ce fut cette ville, peuplée de ses anciens légionnaires, qui servit de tremplin à la romanisation de la région, non l'antique cité des marchands phocéens. La Provence n'a pas encore de réalité que déjà existent les rivalités des trois capitales en puissance : Marseille, Aix et Arles.

Trait particulier à la Narbonnaise, le pays s'organise autour des colonies où se mêlent autochtones et Romains. Les trois grandes confédérations qui le partageaient avant l'invasion sont démembrées en seize cités : Marseille et ses anciennes possessions d'Antibes et de Nice, Fréjus, Riez, Aix et Arles sur le territoire des Salyens, Avignon, Cavaillon, Orange, Carpentras et le Tricastin sur celui des Cavarres, Vaison, Die, Sisteron et Gap sur celui des Voconces. Là où s'éparpillait une poussière,de petites ethnies, les Romains procédèrent au contraire à des regroupements autour de quelques villes. Selon l'inscription de La Turbie, il y avait vingt races différentes dans les Alpes rattachées à la Transalpine ; elles furent réunies autour de neuf cités : Briançon, Embrun, Barcelonnette, Cimiez, Vence, Glandevès, Castellane, Senez, Die. Ainsi l'occupation romaine a t elle brisé le cadre ancien pour y introduire celui de la cité, à la fois ville et peuplade, comme elle l'avait fait en Italie.

On saisit dès lors les limites de l'unité apportée à la provincia romana par six cents ans de présence romaine. Elle lui a appris une façon de se gouverner, un certain type d'habitat (lié aussi au relief), certains modes de vie (dus également au climat), et surtout une langue dont la façon de parler des Provençaux d'aujourd'hui conserve encore la marque. Mais cette homogénéité de civilisation n'a jamais apporté à la Provence l'identité régionale que la nature lui avait refusée. L'importance du cadre municipal renforçait au contraire rivalités et particularismes locaux. Ils subsisteront par delà les siècles, même à l'époque tardive où, devenue état distinct ayant à sa tête un comte souverain, la Provence sera réunie au royaume de France.




 

Provence
région Paca


Département de Provence

Bouches du Rhône, 13,
Alpes de Haute Provence, 04
Var, 83,
Vaucluse, 84,




antiquités Provence, art Provence, art antiquités Provence, antiques Provence, Art Antiques Provence, antiquités en france, antiques france, l'isle sur la sorgue,


Marchés d'Art et Antiquités
en Provence







Aix en Provence
Lignane

Others french antique markets
autres marchés en France






Annuaire des spécialités
antiquités
France métropolitaine
et
04, Alpes de Haute Provence,
13, bouches du Rhône,
83, Var, 84, Vaucluse
,





Annuaire des spécialités
Artisans d'art, Métiers d'art

04, Alpes de Haute Provence,
13, bouches du Rhône,
83, Var, 84, Vaucluse,







Annuaire des Spécialités
Portraits photos, Photographes d'art

04, Alpes de Haute Provence,
13, bouches du Rhône,
83, Var, 84, Vaucluse,














Répertoire des professionnels

des Antiquités

04 Alpes de Haute Provence,
13, Bouches du Rhone,
83, Var,
84, Vaucluses
,




des métiers d'art / Artisans d'art

04, Alpes de Haute Provence,
13, Bouches du Rhone,
83, Var,
84, Vaucluses,






de la Musique et du Chant

04, Alpes de Haute Provence,
13, Bouches du Rhone,
83, Var,
84, Vaucluses,







Portraits photos, Photographes d'art

04, Alpes de Haute Provence,
13, Bouches du Rhone,
83, Var,
84, Vaucluses,